Metropolis, Fritz Lang, 1927
[Fig.1]
Ferme-enclos et kraal - extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
[Fig.2]
Huttes village rwandais, extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
[Fig.3]
Peinture, Pierre Soulages, 2015
[Fig.4]
Pieter de Hooch, Cour d’une maison à Delft, 1658 ©The National Gallery, Londres
[Fig.6]
Bunker transformé en habitation, Alderney, iles Anglo-Normandes
[Fig.7]
Scène du quotidien, Le Courtil, ©urbanmakers, 2018, Carquefou, France
[Fig.8]
Construction d'un igloo, Frank E. Kleinschmidt
[Fig.9]
Vue aérienne de la Cité interdite, Pékin, Chine
[Fig.11]
Microprocesseur Northwood, 0.13µm, Intel Pentium IV
[Fig.12]
Perspective du concours Bords de Loire, ©urbanmakers, 2014
[Fig.13]
Silhouette du château de Chambord, France
[Fig.14]
Chantier Normandie Saumurois, 17 ème étage ©S.Chalmeau 2017
[Fig.16]
Fenêtre d'angle, Coimbra, Portugal
[Fig.17]
Illustration extraite du Dictionnaire raisonné de l’architecture française, Violet-le-Duc
[Fig.18]
Jeux de fenêtres, Lisbonne, Portugal
[Fig.19]
Edward Hopper, Bureau dans une petite ville, 1953, ©Metropolitan Museum of Art, New York
[Fig.20]
Détail façade, perspective concours Villa des Tulipes, Paris, 2020
[Fig.21]
Bruno à la fenêtre d'une chambre de Normandie Saumurois, Rennes, ©urbanmakers
[Fig.22]
tour étudiante, Normandie SAumurois, Rennes, 2017 ©S.Chalmeau
[Fig.24]
Anni Albers, Thickly settled, 1957, ©Yale university art gallery, New Haven
[Fig.25]
Détail tour, château fort d'Anjony, Tournemire, Cantal, France
[Fig.26]
Monastère de Batalha, Portugal
[Fig.27]
Site industriel d'Evialis, Vertou, France
[Fig.28]
Lumière à travers des verres anciens, Tourraine
[Fig.29]
Van-Eyck, détail de L'agneau mystique, 1432
[Fig.30]
Rue du Calvaire, années 60, Nantes - emplacement locaux actuels urbanmakers
[Fig.32]
Scène du quotidien, Tokyo, Japon
[Fig.33]
Park lift, Tianjin road, Shanghai
[Fig.34]
Couvertures enherbées traditionnelles, Norvège
[Fig.36]
Jeux de toitures, abbaye Notre-Dame de Sénanque, Gordes, France
[Fig.37]
Restaurant flottant improvisé, Changsha, Chine
[Fig.38]
The dinner, Jean Jullien
[Fig.39]

Notre nom, urbanmakers, témoigne de notre engagement à fabriquer la ville: une ville riche en interactions humaines, soucieuse des équilibres sociaux, attentive à la beauté et tournée vers un modèle durable.

Nous inscrivons notre pratique dans l’observation des traces du passé, l’élaboration de récits fédérateurs et la construction de réalités harmonieuses.
Face à l’impasse écologique qui s’impose, nous sommes pleinement mobilisés. Nous imaginons de nouveaux procédés de construction, en ayant notamment recours aux matières décarbonées et à la puissance du numérique.

Metropolis, Fritz Lang, 1927 [Fig.1] Metropolis, Fritz Lang, 1927
1.

Et si l’on s’inspirait des hérissons ?

lire la suite
« Par une froide journée d'hiver, un troupeau de hérissons s'était mis en groupe serré pour se protéger contre le froid et la gelée grâce à la chaleur de leur propre corps. Mais tout aussitôt ils ressentirent des douleurs à cause de leurs piquants, ce qui les fit s'éloigner les uns des autres.

Mais là, ils se retrouvèrent seuls à souffrir du froid. Quand le besoin de se chauffer les eut rapprochés de nouveau, le même inconvénient se renouvela, de façon qu’ils étaient ballotés de ça de là entre deux souffrances, jusqu’à ce qu’ils eussent fini par trouver une distance moyenne qui leur rendît la situation supportable. »

Arthur Schopenhauer, Parerga et Paralipomena, 1851

Ferme-enclos et kraal - extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
[Fig.2] Ferme-enclos et kraal - extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
Huttes village rwandais, extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
[Fig.3] Huttes village rwandais, extrait d'Architecture-primitive, Enrico Guidoni
Peinture, Pierre Soulages, 2015
[Fig.4] Peinture, Pierre Soulages, 2015
2.

Habiter
Le théâtre d’un quotidien épanoui

lire la suite
Le terme "logement" décrit l’espace selon des critères d’appréciation quantitatifs, administratifs ou économiques. Un logement se veut fonctionnel, on le dit social, locatif, il se propose en accession libre ou abordable. Nombre d'acteurs l’appréhendent sous l’angle du lot, du produit, du placement et de la défiscalisation.

L’habitat porte, lui, une tout autre ampleur, dans une dimension affective et sensorielle. Il suggère une façon de vivre un lieu et la possibilité de se l’approprier.

Un habitant investit l’espace qu’il occupe : il l’aménage, y crée son monde, définit un univers qui lui ressemble et qui porte son empreinte. Car on habite pleinement un lieu lorsque l’on peut y déployer sa singularité.

Notre rôle d’architecte n’est-il pas alors d’inscrire dans l’espace les conditions de cette hospitalité ? Dans le corset des mètres carrés et face au formatage des programmes, l’enjeu n’est-il pas de laisser du champ libre, du vide, du jeu pour que l’habitant puisse lui- même jouer avec son lieu ?

Cette expérience de l’hospitalité se vit dans une multitude de détails. Certains relèvent à l’évidence du plan même de l’habitation : positionnement des porteurs, distribution astucieuse, parois escamotables, jeu de portes, double hauteur, prolongements sur l’extérieur…

D’autres relèvent plutôt de l’agencement : appui de fenêtre, tablette, marche filante, niche, fonctionnalité d’un rangement…

La réussite tient dans la mise en relation de chacune de ces dispositions : même sobre, l’espace peut alors susciter émotions et sentiment de bien-être.

L’habitat induit par ailleurs une double polarité : la sphère intérieure du chez-soi et celle des espaces communs de l’être ensemble. Habiter pleinement son intérieur est tout aussi important que de prendre plaisir aux espaces partagés.

Soigner les lieux de passage, y inscrire les mêmes invitations d’appropriation que celles de l’espace privé procèdent d’une démarche de mise en scène pour que les lieux encouragent la rencontre. Ainsi, tout ce qui est habituellement considéré comme purement technique dans la vie d’un immeuble peut être envisagé comme un lieu propice aux instants de voisinage, comme une occasion de faire communauté. Un parking devient lieu de covoiturage, un hall abrite un marché éphémère, un local poubelle propose un compost communautaire, autant de signes d’un d’engagement collectif dans un mode de vie durable. L’espace dévolu aux boîtes aux lettres permet l’affichage des possibilités d’entraide entre voisins, dans un jeu d’offres et de demandes de services. Les locaux vélos deviennent quant à eux de véritables ateliers pour bricoler et réparer ensemble.

Chacune de nos interventions vise ainsi à incarner le théâtre d’un quotidien épanoui : notre travail trouvera pleinement son sens s’il procure du bien-être aux personnes qui habitent nos bâtiments.

Pieter de Hooch, Cour d’une maison à Delft, 1658 ©The National Gallery, Londres
[Fig.6] Pieter de Hooch, Cour d’une maison à Delft, 1658 ©The National Gallery, Londres
Bunker transformé en habitation, Alderney, iles Anglo-Normandes
[Fig.7] Bunker transformé en habitation, Alderney, iles Anglo-Normandes
Scène du quotidien, Le Courtil, ©urbanmakers, 2018, Carquefou, France
[Fig.8] Scène du quotidien, Le Courtil, ©urbanmakers, 2018, Carquefou, France
Construction d'un igloo, Frank E. Kleinschmidt
[Fig.9] Construction d'un igloo, Frank E. Kleinschmidt
3.

L’échelle de voisinage
Comment renforcer l’urbanité?

lire la suite
Dans les immeubles collectifs – et mêmes vastes - les petites échelles de voisinage nous semblent les plus pertinentes. Du hall d’entrée au palier d’étage, on connait d’autant plus facilement ses voisins qu’on partage des parties communes réduites et de taille humaine : peu de portes, peu de couloirs.

Dans la pratique, accroitre la qualité de ce voisinage se traduit par une multiplication des circulations verticales. Cette disposition, qui s’oppose à première vue à la maîtrise des charges locatives (du fait de la multiplication des ascenseurs), garantit au contraire et sur le long terme une plus grande pérennité des espaces, facilite l’entretien et la sécurisation.

In fine, chacun prend davantage soin du bien partagé.

Cette organisation génère en conséquence des halls d’entrée en plus grand nombre : les pieds d’immeubles sont alors plus animés. La stratégie d’un petit voisinage développé aux étages apporte donc, et de surcroit, une plus grande urbanité au niveau du sol et de l’espace public.

Multiplier les halls permet en outre de mieux répartir les locaux dédiés aux cycles : du fait qu’ils soient placés sur les parcours du quotidien, l’usage du vélo devient aussi plus intuitif.

Vue aérienne de la Cité interdite, Pékin, Chine
[Fig.11] Vue aérienne de la Cité interdite, Pékin, Chine
Microprocesseur Northwood, 0.13µm, Intel Pentium IV
[Fig.12] Microprocesseur Northwood, 0.13µm, Intel Pentium IV
Perspective du concours Bords de Loire, ©urbanmakers, 2014
[Fig.13] Perspective du concours Bords de Loire, ©urbanmakers, 2014
Silhouette du château de Chambord, France
[Fig.14] Silhouette du château de Chambord, France
4.

La fenêtre
Une dialectique de l’ombre et de la lumière

lire la suite
La lumière est une condition première de l’habitat, l’homme ne saurait en effet vivre dans un terrier. Sortir de la caverne et rechercher la lumière est même selon Platon le premier geste philosophique qui met l’homme en mouvement dans la quête d’une vie proprement humaine. L’histoire de l’architecture ne fait-elle pas profondément écho à cette démarche ?

Directement liée au bien-être des habitants, la fenêtre est la réponse ingénieuse, géométrique, architecturale et artistique à ce besoin de lumière. C’est pourquoi nous les aimons généreuses, surdimensionnées parfois. D’autant que la fenêtre, tout comme le balcon, ouvre sur l’ailleurs. Elle nous projette dans la vie urbaine, elle offre d’être parmi l’affairement de la cité tout en restant en retrait, être là sans y être. La fenêtre est ce vide qui rend possible le lien entre l’intérieur et l’extérieur.

Mais le vide appelle toujours le plein, et la lumière réclame l’ombre. Si nous avons un besoin crucial de lumière, il faut pouvoir aussi s’y soustraire, se dérober à l’exposition et se retirer dans son intimité. On habite sereinement un espace lorsqu’il est à la fois ouvert et protégé, éclairé et ombragé. C’est à cette rhétorique de l’ombre qu’obéit aussi notre extrême vigilance sur les vues, afin que le regard des uns ne puisse abîmer l’intimité de l’autre. Combien de balcons et de façades ont été défigurés par des filtres sauvages installés faute d’intimité ?

Tel est le rôle des allèges, des garde-corps, et des pare-vues, ces éléments d’architecture qui appellent à la plus grande précision. Nous travaillons leur opacité et leurs proportions afin qu’ils laissent filer les vues sur l’extérieur tout en protégeant du regard des passants en contrebas.

La loggia, de ce point de vue, est un seuil tout aussi passionnant : cet espace en creux dilate l’habitabilité, s’installant comme extension véritable des pièces de vie sur l’extérieur. Intime, protégée, elle ouvre à de nombreux usages de mi-saison.

Empêcher les velléités de stockage nous paraît illusoire : il convient plutôt d’organiser des possibilités de rangements extérieurs intégrés à l’architecture. Il en va de la tenue de l’image du bâtiment dans le temps.

Cette dialectique entre l’ombre et la lumière ouvre une réflexion plus large sur la notion d’hospitalité. Créer un espace qui permette de s’ouvrir à l’autre et de l’accueillir chez soi implique ces variations d’ombre et de lumière. Tous ces éléments donnent à réfléchir sur la manière la plus juste de construire des espaces à la fois d’intimité et d’hospitalité.

Exprimant l’univers des intérieurs, la fenêtre est particulièrement riche lorsqu’elle se fait profonde, dans l’épaisseur de la paroi. Seuil habitable ou l’on peut déployer sa personnalité, elle devient alors étagère, bibliothèque, jardin miniature… Dessinée en alcôve elle formera un espace propice à la contemplation ou à la lecture (à l’image des ouvertures médiévales ménagées dans la profondeur des murs, chargées d’une poésie évidente).

De l’extérieur, c’est elle qui donne la dimension humaine de la ville. C’est de la rue, en observant les fenêtres que l’on jauge le degré d’hospitalité des lieux. « Elle attire les regards, intrigue les spectateurs, suscite les désirs. La fenêtre possède tout ce qu’il faut pour construire une intrigue, pour imaginer un récit, c’est-à-dire écrire tout un roman ¹». Dans cette perspective, la fenêtre n’est-elle pas la matière première de l’architecture des villes ?

¹ Pascal Dethurens, L’œil du monde, ed. L’atelier contemporain.

Concentrés d’architecture, les fenêtres sont une source infinie d’expressions et de poésie : nous nous passionnons à en assimiler les codes historiques et régionaux. Il nous importe ainsi de qualifier leurs formes (courbe gracile, sévérité majestueuse, harmonie patriarcale, etc.) et leur vocabulaire (entablements, linteaux et appuis, volets et jalousies, lambrequins, panneaux intérieurs, espagnolettes, traverses et meneaux, etc.)

Chantier Normandie Saumurois, 17 ème étage ©S.Chalmeau 2017
[Fig.16] Chantier Normandie Saumurois, 17 ème étage ©S.Chalmeau 2017
Fenêtre d'angle, Coimbra, Portugal
[Fig.17] Fenêtre d'angle, Coimbra, Portugal
Illustration extraite du Dictionnaire raisonné de l’architecture française, Violet-le-Duc
[Fig.18] Illustration extraite du Dictionnaire raisonné de l’architecture française, Violet-le-Duc
Jeux de fenêtres, Lisbonne, Portugal
[Fig.19] Jeux de fenêtres, Lisbonne, Portugal
Edward Hopper, Bureau dans une petite ville, 1953, ©Metropolitan Museum of Art, New York
[Fig.20] Edward Hopper, Bureau dans une petite ville, 1953, ©Metropolitan Museum of Art, New York
Détail façade, perspective concours Villa des Tulipes, Paris, 2020
[Fig.21] Détail façade, perspective concours Villa des Tulipes, Paris, 2020
Bruno à la fenêtre d'une chambre de Normandie Saumurois, Rennes, ©urbanmakers
[Fig.22] Bruno à la fenêtre d'une chambre de Normandie Saumurois, Rennes, ©urbanmakers
5.

La matérialité
Comment conjuguer la matière et le(s) sens?

lire la suite
Nous travaillons les masses physiques par l’agencement des matières à grande échelle. De fait, nous construisons des objets qui s’imposent à la cité par leur volume et par leur matérialité.

A cet égard, les matières sont toujours signifiantes : elles évoquent la spécificité d’un lieu ou d’une fonction et elles portent une dimension symbolique et esthétique propre à chaque époque. On reconnaîtra par exemple l’emploi de la pierre typique d’une région, de matériaux nobles pour un édifice de pouvoir ou de matières plus communes pour l’habitat vernaculaire.

Nous sommes convaincus que l’architecture se vit dans une dimension sensible qui passe à nos yeux par la mise en œuvre de matières authentiques. Nous voulons exprimer la simplicité, la rugosité, les teintes naturelles en pleine masse. Elles inspirent le respect car elles suggèrent qu’elles possèdent la capacité de durer.  Les imperfections et les variations légères nous conviennent car elles sont humanisantes, sources de subtiles vibrations. Nous pensons que cette approche développe tout à la fois l’imaginaire, le sens esthétique et l’ancrage dans le réel.

Les matières mobilisent immédiatement, et souvent sans que l’on en ait conscience, une image mentale, un souvenir, une émotion. Les bâtiments anciens illustrent d’ailleurs cette extraordinaire expérience de la matière parce qu’ils nous livrent une histoire sensible. Ils sollicitent nos sens de façon globale : odeurs, grincements, pianotages, nuances, imperfections… Ils évoquent le poids, la densité, le grain ; on peut juger à l’œil de leur rudesse ou de leur finesse. Ils sont d’autant plus émouvants qu’on peut y lire l’artisanat et le génie du geste qui les a façonnés. Les matières évoquent toujours l’ancrage dans un territoire, celui de son savoir- faire et de ses logiques économiques.

Il nous importe de poursuivre ce fil sensible et contextuel en utilisant les techniques constructives de notre époque. Nous gardons toutefois une certaine distance vis-à-vis de l’industrie du bâtiment qui produit par essence des standards : les catalogues guident trop facilement vers des modèles de bâtiments préconçus et génériques.

Nos bâtiments sont par nature des prototypes et la matière doit servir un propos contextuel : il en va de la justesse de leur inscription dans un patrimoine urbain qui préexiste la plupart du temps. Le génie de l’industrie doit donc être mis au service de l’architecture.

Pour construire nos visions poétiques nous avons donc décidé d’approfondir nos connaissances techniques et notamment celles des processus de production des matériaux, afin de pousser les fabricants à l’innovation.
Nos choix architecturaux visent la sobriété et la limitation du nombre de matériaux mis en œuvre. Notre travail doit cacher l’efficacité, la performance, la norme et le label. La quête d’authenticité -que l’on peut remarquer dans tous les domaines – n’exprime-t-elle pas finalement un besoin de réalité inversement proportionnel à la virtualité croissante de nos mondes ?

tour étudiante, Normandie SAumurois, Rennes, 2017 ©S.Chalmeau
[Fig.24] tour étudiante, Normandie SAumurois, Rennes, 2017 ©S.Chalmeau
Anni Albers, Thickly settled, 1957, ©Yale university art gallery, New Haven
[Fig.25] Anni Albers, Thickly settled, 1957, ©Yale university art gallery, New Haven
Détail tour, château fort d'Anjony, Tournemire, Cantal, France
[Fig.26] Détail tour, château fort d'Anjony, Tournemire, Cantal, France
Monastère de Batalha, Portugal
[Fig.27] Monastère de Batalha, Portugal
Site industriel d'Evialis, Vertou, France
[Fig.28] Site industriel d'Evialis, Vertou, France
Lumière à travers des verres anciens, Tourraine
[Fig.29] Lumière à travers des verres anciens, Tourraine
Van-Eyck, détail de L'agneau mystique, 1432
[Fig.30] Van-Eyck, détail de L'agneau mystique, 1432
6.

Le plaisir de la rue
Un enjeu pour les périphéries

lire la suite
Le renouvellement urbain des quartiers hérités des années 1950-1970 est un enjeu crucial pour de nombreuses villes. La forme urbaine joue fortement sur le sentiment d’isolement voire d’exclusion qui règne dans certains de ces quartiers.

En effet, comment se sentir dans la ville – c’est-à-dire dans la vie de la cité – lorsqu’on vit dans un univers architectural outrageusement répétitif, générique et pauvrement paysagé ?

Outre les facteurs économiques de l’après-guerre et les impératifs de construction rapide, la pensée même de l’urbanisme des années 1960 – pourtant portée par le souffle humaniste de la charte d’Athènes – a échoué à produire de la ville, la considérant plutôt comme une sorte de machine.

Le choix du zoning, la déconnection de l’habitat vis à vis des voies, et la répartition d’immeubles selon de grands dessins graphiques dans de vastes paysages ne pouvaient à l’évidence pas créer de l’urbanité. Dans ces quartiers, les bâtiments semblent souvent flotter dans une immensité d’espaces publics. Mal définis, ils n’ont généralement d’autre vocation que le stationnement.

De fait, les rues ont été dramatiquement niées. Or la rue, c’est le plaisir de marcher sur des trottoirs, de traverser des séquences, de percevoir des détails insolites, de sentir des odeurs, d’être plongé dans l’affairement de la cité, d’être sollicité, invité à entrer dans une boutique ou dans un hall.

Tel est ce qu’offre la ville historique dans son panache dense d’habitats, d’activités et de commerces.

Elle permet, et même impose la rencontre, la curiosité et la découverte.

Gardons à l’esprit la qualité de la ville européenne, plébiscitée pour sa capacité de transformation dans une qualité d’architecture égale. Et importons même dans nos quartiers la structure de la ville traditionnelle dont les codes sont la densité, la variété, l’identité, la résilience.

Les habitants doivent trouver du plaisir à traverser les lieux que nous imaginons, c’est par ce biais qu’ils s’attacheront à leur quartier.

Rue du Calvaire, années 60, Nantes - emplacement locaux actuels urbanmakers
[Fig.32] Rue du Calvaire, années 60, Nantes - emplacement locaux actuels urbanmakers
Scène du quotidien, Tokyo, Japon
[Fig.33] Scène du quotidien, Tokyo, Japon
Park lift, Tianjin road, Shanghai
[Fig.34] Park lift, Tianjin road, Shanghai
7.

Espaces réversibles
Le défi d’une architecture durable

lire la suite
Construire est un acte si lourd de conséquences sociétales, environnementales et financières, qu’il nous charge d’une responsabilité immense. Si l’on considère les montants engagés, la quantité des ressources naturelles exploitées (en matériaux et en énergies), le bouleversement géographique (occupation du foncier), il est évident que l’architecte n’a qu’une seule chance pour faire bien.

L’encombrant héritage des 14 millions de logements globalement mal fabriqués entre les années 1950 et 1970 (et dont l’architecture est souvent devenue l’identité malheureuse des quartiers) nous rappelle cette exigence : on ne jette pas facilement un bâtiment pour le remplacer par le modèle dernier- cri.

Notre société, à la fois versatile et ultra-connectée, est dans une invention permanente de nouveaux usages et dans une profonde recherche de sens. Comment nos bâtiments, construits pour durer, peuvent-ils coller au plus près de cette réalité changeante ?

Ils auront certainement plusieurs vies et devront donc, pour être pleinement habitables, proposer des espaces réversibles, c’est-à-dire facilement adaptables à de nouveaux modèles ou à de nouvelles destinations.

Dans cette perspective, la structure des bâtiments n’est-elle pas le premier acte de développement durable ? A ce titre, l’étonnante capacité de transformation des anciens ateliers est particulièrement inspirante. Leurs ouvertures généreuses, leurs structures simples et tramées, leurs hauteurs libres autorisent une multitude de scénarios d’occupation. Ces espaces se caractérisent toujours par une grande cohérence esthétique.

Les matériaux de construction sont à l’évidence l’autre levier du changement de modèle que nous recherchons.  Non seulement les matériaux contemporains sont difficilement réutilisables mais en outre on ne sait plus exploiter les ressources à disposition localement (pierre, bois, terre). On notera par ailleurs que de nombreuses matières longtemps encouragées au titre de la performance énergétique sont très médiocres (polystyrènes, PVC, laines de verre …).  La surenchère technologique génère un encombrement regrettable : multiplication des appareils de contrôle de l’air, VMC, climatisations.

La construction industrielle contemporaine n’est-elle pas finalement au cœur de ce paradoxe architectural ? Pourquoi utiliser de la pierre – alors que son bilan carbone est nul – relève-t-il aujourd’hui d’une expérimentation jugée aventureuse ? N’est-il pas absurde que la terre – matière ancestrale et disponible – ne puisse pas être mise en œuvre car elle ne dispose pas d’avis techniques ? Dans la perspective d’une économie circulaire et non carbonée, seul le bois tire pour l’instant son épingle du jeu et nous ouvre des perspectives.

Les codes nouveaux sont pourtant ceux de l’austérité et de la frugalité heureuse – en témoigne la quantité de démarches de circuits courts initiées dans le champ de l’agriculture. Nous rêvons d’un monde habitable, juste et sobre, dans lequel le recyclage et la réversibilité seraient envisagés comme une joie.

L’obligation de recourir à des matières biosourcées devrait profondément changer l’architecture, et c’est dans ce potentiel que nous voulons situer notre action.

Couvertures enherbées traditionnelles, Norvège
[Fig.36] Couvertures enherbées traditionnelles, Norvège
Jeux de toitures, abbaye Notre-Dame de Sénanque, Gordes, France
[Fig.37] Jeux de toitures, abbaye Notre-Dame de Sénanque, Gordes, France
Restaurant flottant improvisé, Changsha, Chine
[Fig.38] Restaurant flottant improvisé, Changsha, Chine
The dinner, Jean Jullien
[Fig.39] The dinner, Jean Jullien